Et puis c’est tout !


Télechargé depuis Wikipédia sur l'article dédié au réseau internet

Toutes les bonnes choses ont une fin

Nous arrivons au terme de l’année universitaire, l’exercice de style est enfin terminé.

C’est donc sans surprise que plus aucun contenu ne viendra étoffer, approfondir, agrémenter nos formidables catégories sur ce magnifique blog !  (Un peu de modestie ne fait pas de mal.)

Bien sûr, une question vous taraude depuis que vous avez pris connaissance de notre  « about ».

« Mais pourquoi demander à des étudiants en histoire de l’art et archéologie de créer un blog ? »

Le concept du devoir était de construire uniquement à partir d’informations du net un blog sur un sujet au choix. Pour ce faire, nous avons utilisé plusieurs outils. Le Delicious, le Netvibes, et le Flickr sont mis à la disposition de tout internaute ayant accès au réseau.

Ce qui est proposé ici n’est qu’une petite introduction aux usages des Digital Humanities.

Depuis maintenant le début du siècle, quiconque le désire peut diffuser, créer, modifier, annoter… du contenu de manière simple et claire pour toutes personnes connectées. Cela ne demande plus d’aptitudes spécifique de développeur informatique. C’est ce que l’on appelle communément le Web 2.0.

L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne propose depuis 3 ans aux étudiants en deuxième année en histoire de l’art et archéologie, l’unité d’enseignement recherche, traitement et gestion des documents numériques appliqués à la discipline.

Cette UE sert à nous familiariser à l’utilisation des multiples outils disponibles sur le Web. Nous pouvons acquérir ainsi les bases nécessaires à leurs bonnes utilisations.

Cet enseignement facilitera notre compréhension des nouveaux usages documentaires en réseau, et par là même améliorera la qualité de nos travaux. Le but ainsi visé est de faire comprendre aux étudiant l’enjeu des Digital Humanities : en quoi elles modifient l’approche pédagogique dans le monde universitaire, et transforment le travail dans le monde de la recherche. (Voir brochure de la licence 1-2 p.34)

Mais que sont les Digital Humanisties ?

Vous trouverez bon nombre de définitions, certaines meilleures que d’autres ; nous avons retenu celle proposée par  Elena Pierazzo, chercheuse en informatique dans les Digital Humanities au King’s College de Londres :

« « Digital Humanities is the discipline born from the intersection between humanities scholarship and computational technologies ». « It aims at investigating how digital methodologies can be used to enhance research in disciplines such a History, Literature, Languages, Art History, Music, Cultural Studies and many others. Digital Humanities holds a very strong practical component as it includes the concrete creation of digital resources for the study of specific disciplines. »»

( Elena Pierazzo)

Les américains ont intégré ce nouveau champ de discipline depuis les années 70 : il est indissociable des méthodes de recherche et d’enseignement.

Le Manifeste des DH proposé sur le site « That Camp » par Marin Dacos nous éclaire aussi sur ce domaine :

« « Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales. » »

( Marin Dacos)

La France figure au rang des mauvais élèves sur cette dernière application. Comparé aux Etats-Unis qui ont bien intégré ces pratiques et leur consacrent, non pas une matière dans un enseignement, mais tout un cursus universitaire.

Heureusement, ce retard est en train d’être comblé.  Des chercheurs français développent ce « mouvement » à travers toute la France et en partenariat avec l’étranger. P. Mounier, M. Dacos, Antonio A. CasilliM. Doueihi, A. Berra et  S. Firer-Blaess, A. Chossegros et C. Welger-Barboza en sont les principales figures.

Ils posent les jalons de l’édition numérique, de notre évolution dans le cyber-espace, de la place des nouveaux acteurs du web à savoir Wikipédia et Google (pour ne citer que les plus connus), et du développement des sources documentaires sur l’Internet. Ils proposent de trouver des solutions (applications) et de débattre (conventions) des différents problèmes rencontrés dans la fusion du numérique et de la recherche.

Google image

L’Internet est un formidable outil qui permet d’aborder le monde dans sa globalité. Il rapproche et  rattache les unités disparates, éloignées et différentes en un tout, encore loin d’être cohérent.

Cela permet tout de même à l’internaute plusieurs niveau de lecture, à savoir la non-information, la vulgarisation du savoir,  et la publication pointue et interopérable.

Cet univers, en plus de sa possibilité d’abolition des frontières, nous a permis d’intégrer le « temps court » dans notre manière de travailler. La mise en ligne des données permet une avancée plus rapide de la recherche, et crée un plus grand nombre d’échanges transdisciplinaires.

Là où la télévision a échoué, Internet a su libérer la liberté de penser, la multiplicité des points de vue, et la diffusion du savoir qui ne saurait être une propriété.

La grande majorité des liens qui vous sont proposés ont été donnés en cours magistral, nous y ajoutons les accès de la page Netvibes et du Délicious dédiés aux Digital humanities de notre Professeur Marc Aufraise.

Capture d’écran sur Goole image le 21/04/2012

Autres blogs

Voici deux blogs d’étudiants qui ont particulièrement retenus notre attention. Nous vous les présentons dans l’ordre de nos préférences. Nos critères sont : la qualité, la quantité, et la pertinence des articles et des critiques relevées sur les différents liens répertoriés.

Capture d'écran depuis le site

Voici le blog Archéologie subaquatique, ce site est à la fois ludique et très bien expliqué. Il a une approche claire et concrète des problèmes rencontrés dans cette discipline. Nous vous conseillons de faire leur petit test sur les « idées reçues« , et pour plus d’information, voici le lien direct  vers la page « about« 

Capture d’écran du site

Le deuxième blog traite de la plume dans la société  Aztèque. Il est très agréable de s’y promener car il clair et n’est pas surchargé. Nous vous proposons aussi un accès direct à leur page « about« . Comme le précédant, il est très bien illustré et facile d’utilisation.

Il existe d’autres blogs étudiants, surement très intéressants, mais parmi ceux dont nous avons eu l’accès, seul ces deux étaient vraiment pertinents.

Cordialement

Le groupe

À propos de archeomichelet

Nous sommes un groupe de quatre étudiantes en deuxième année de licence en archéologie à l'Université Panthéon-Sorbonne. Nous créons ce blog dans le cadre du cours de ressources numériques appliquées à l'histoire de l'art et à l'archéologie qui a lieu au second semestre. Ce blog a pour but de rassembler les ressources internet les plus pertinentes sur les soldats en terre cuite de l'empereur Chinois Qin Shi Huang. Voir tous les articles par archeomichelet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :