Archives de Tag: vidéo

« Regardez ! Mon beau soldat »

Histoire d’expérimentation


Voici quatre vidéos intitulées « Mes soldats de l’éternité » nous montrant le travail d’un artisan sculpteur.

Benoît se fabrique un soldat en terre cuite à la façon des statues du tombeau de Qin Shi Huang. Il filme toute la chaîne opératoire, de l’extraction de l’argile jusqu’au séchage du soldat. Il poste le tout sur Youtube sous le pseudonyme « xianfactory », le 18 octobre 2011 pour les trois premiers épisodes et le 29 février 2012 pour la dernière vidéo qui est plus récente.
Ne manque plus que la peinture, mais ce n’est plus son domaine.

La première vidéo nous montre Benoît en pleine fabrication de la tête du soldat.

« Mes soldats de l’éternité épisode 1 »

Durant la seconde vidéo, Benoît crée le buste du soldat qu’il met en scène avec la tête de manière solennelle, tentant de recréer l’ambiance qui règne dans le mausolée de l’Empereur.

« Mes soldats de l’éternité épisode 2 »

La troisième vidéo est la fabrication des mains du soldat. Elles sont jointes, la droite étant posée à plat sur la gauche qui est aussi ouverte.

« Mes soldats de l’éternité épisode 3 »

Enfin, la quatrième et dernière vidéo durant laquelle Benoît fabrique un autre buste de soldat.

« Mes soldats de l’éternité épisode 4 partie 1 »

Ces vidéos sont disponibles sur le site amateur de vente en ligne de céramiques et sculptures de Benoît nommé « Soldat de l’éternité : artiste plasticien, Céramique xi-an, Guerrier de l’éternité soldats en terre cuite, sculpture terre cuite ».

On ne peut pas vraiment parler d’expérimentation archéologique car il faudrait pour cela suivre un protocole strict, ce sont juste des reproductions « à la manière de » des soldats en terre cuite du mausolée de Qin Shi Huang à Xian en Chine.


Les soldats de l’Empereur Qin se promènent en Europe

Les soldats de l’Empereur Qin se promènent en Europe.

L’ARMÉE DE QIN FAIT SENSATION

AU BRITISH MUSEUM

« Les soldats chinois ont conquis le British Museum » poste le journal web Le Figaro sur sa page culture le 30 septembre 2008.
Cyrille Vanlerberghe, journaliste du service science fait le point sur l’exposition « The First Emperor : China’s Terracotta Army » qui se tenait au cœur même du British Museum du 13 septembre 2007 au 6 avril 2008 dans la salle de lecture « The Reading Room » spécialement aménagée à cet effet. Que les bibliophiles se rassurent, les livres composant normalement la bibliothèque n’ont subit aucun dégât, et ils étaient disponibles dans une autre salle plus loin dans le musée, après la « Enlightenment Gallery ». De plus tout les aménagements effectués étaient totalement réversibles.

Le mystère qui entoure cette fabuleuse découverte est sans doute à l’origine de l’extraordinaire engouement des Anglais pour les soldats de terre cuite, on n’avait pas vu cela depuis l’exposition sur les trésors de Toutankhamon en 1972 nous dit-il ! Avec 850 000 visiteurs, l’exposition est plus qu’un succès, c’est un phénomène.

« Les portes du musée ont dû être fermées certains jour pour empêcher du monde de rentrer, rappelle le times, qui a décerné à Neil MacGregor, le directeur du British Museum, le titre envié de Britannique de l’année 2008, toutes catégories confondues ! »

(C. Vanlerberghe pour « Le Figaro.fr »)

Mais comment expliquer cette ferveur ?
Pour en savoir plus, nous nous sommes rendus sur le site du British Museum.
Grâce aux efforts et à la ténacité du directeur, le Musée de l’Armée en terre cuite et le Bureau des vestiges culturels de la province du Shaanxi à Xi’an en Chine ont bien voulu prêter 120 artefacts et objets.

Des images du déballage des caisses sont disponibles sur le site de la BBC news dans la galerie « In pictures : China’s Terracotta Army ». Une douzaine de soldats en terre cuite, des chevaux, des acrobates et même des musiciens ont été repartis de manière astucieuse dans le cœur du musée.
L’agence Metaphor
et les conservateurs ont voulu recréer un espace permettant de saisir tout le pouvoir et le drame des objets funéraires présentés au public.

La commissaire de l’exposition, Jane Portal, s’exprime sur l’exposition et raconte :

« The chance discovery of the terracotta army astounded the world. This exhibition will provide a wonderful opportunity to see these extraordinary objects close up and to learn about an empire which at its height was the rival of Rome and was to prove historically more enduring. »

(Jane Portal pour le British Museum)

Vous pouvez lire aussi sur le site britannique Apollo magazine un article publié le 1 septembre 2007, dans lequel Jane Portal explique en détails l’importance des dernières découvertes du site. Apollo Magazine, fondé en 1925, est spécialisé dans les Arts visuels. Le rédacteur en chef actuel est Oscar Humphries.

L’exposition retrace d’abord la vie et la montée au pouvoir de l’Empereur, puis on nous présente les mythes et mystères qui l’entourent. On voit combien cette découverte historique et archéologique fascine le public. La Chine qui est l’une des plus grande puissance économique, nous montre ici sont héritage culturel qui n’a absolument rien à envier à la culture occidentale.

Le financement de l’entreprise mondiale Morgan Stanley a été salué par la critique.

LA CHINE EN BELGIQUE

Dans la petite ville de Limbourg s’est tenu une exposition au sein de l’église des Frères Mineurs du 1 octobre 2008 au 31 Mars 2009.
C’est le Musée Maaseik de Belgique qui est a l’origine de cette manifestation culturelle intitulée « L’armée de Terre Cuite de Xi’an : Trésors des premiers Empereurs de Chine » :

« 14 soldats de terre cuite accompagnés de plus de 200 offrandes funéraires exceptionnelles des dynasties Qin et West-Han. Ces objets proviennent des complexes funéraires des empereurs et des tombeaux d’aristocrates qui ont suivi les empereurs dans l’au-delà. Des armes uniques et des objets en fer, bronze, argent, or, céramique et jade en révéleront toute la richesse. »

(Musée Maaseik)

Le site internet du Musée Maaseik vous permet, même trois ans après, de revenir sur l’exposition.
Vous trouverez plusieurs pages : Introduction, Contexte, Exposition, Factsheet, Galerie, et trois vidéos dont la bande annonce de l’exposition, qui ne dure que 19 secondes mais est particulièrement intéressante.
De prime abord le site ne paie vraiment pas de mine, mais quand on s’y penche d’un peu plus près, il est vraiment très bien fait et très facile d’accès, sans fioriture.
Seules petites ombres au tableau, sur la page vidéo, la deuxième vidéo (licence Youtube) n’est plus accessible et le lien vers la photographie panoramique de l’armée Terracotta de Patrimoine-Mundi est cassé. Nous avions déjà cité ce dernier lien dans un autre article. Le prix aurait également pu faire fuir les plus courageux puisqu’il vous aurait fallu débourser 16,50 € pour visiter cette exposition !
Voici une vidéo de l’exposition de 4 minutes proposée par MarcoSeiko sur Youtube depuis 2008. Retenons l’atmosphère lourde et sombre. Toujours la même scénographie mise en œuvre pour montrer ces soldats, l’effet tombeau prime à chaque fois. La musique qui accompagne cette vidéo vous met tout de suite dans l’ambiance.

Dans son blog « Living in Belgium », Antonia Harrison décrit l’exposition de Maaseik en décembre 2008.

« These [Fourteen warriors from the Terracotta Army] life-size sculptures are literally placed in confrontation with the more delicate terracotta armies of the emperors from the Western Han dynasty. In addition to the fourteen original terracotta warriors, the Maaseik Museums are proud to present over two hundred grave gifts from the Qin and Western Han dynasties. These objects originate from the tomb complexes of the emperors and the tombs of aristocrats following their emperor into the hereafter. These unique weapons and other objects made of iron, bronze, silver, gold, stoneware and jade exemplify the riches of the ruling class of the early Chinese Empire. »

(Antonia Harrison pour « Living in Belgium ») 

« LES SOLDATS DE L’ÉTERNITÉ »

SONT À LA PINACOTHÈQUE DE PARIS

On ne présente plus cette formidable découverte fortuite faite par des paysans sur les plaines de Xi’an en 1974. Le Musée d’Art et d’Histoire de la Province du Shaanxi, en Chine a prêté à la Pinacothèque 20 statues de soldats issus de l’armée enterrée pour une exposition totalement dédiée à celui qui unifia la Chine et à sa famille. L’exposition se déroulait du 15 avril au 14 septembre 2008, et elle se composait de trois parties :

  • Le Royaume Qin pendant les périodes de Printemps et Automne (770 – 450 avant J.-C.).

  • La vie matérielle, culturelle et rituelle à la période des Royaumes combattants et du royaume Qin.

  • La tombe du Premier empereur.

« Exposition exceptionnelle autour des légions enterrées en terre cuite de l’empereur Qin, souvent appelées les Guerriers de X’ian. »

(Pinacothèque)

Venez la visiter avec le directeur de la Pinacothèque de Paris Marc Restellini à travers une vidéo diffusée par NajaPress (©Tanguy Cadieu/Naja) le 24 juin 2008 sur Dailymotion, un site d’hébergement de vidéo intitulée « Exposition « les soldats de l’éternité » avec le directeur de la Pinacothèque de Paris ».

Sur le site de Radio 86, on vous propose un échange entre Marion Siffert, journaliste radio, et Marc Restellini, le directeur de la Pinacothèque. L’article qui accompagne le podcast audio est de Daniel Ernult.

Nous pouvons écouter également l’émission de radio « Le Salon noir » de France Culture du mercredi 9 juillet 2008 durant lequel Vincent Charpentier interviewe Alain Thote, commissaire de l’exposition. C’est le site de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) qui vous propose cet enregistrement.

EXPOSITION À LA FOIRE DE BOURGES

Après la Pinacothèque de Paris, c’est au tour de la Foire de Bourges de présenter les soldats et chevaux de Qin.

Cette 89ème édition de la foire à été particulièrement remarquée grâce à la venue d’invités prestigieux en somme tous un peu âgés puisqu’ils ont plus de 2200 ans, mais d’une expressivité à toute épreuve !

Nous avons trouvé deux blogs qui reviennent sur cette exposition.

Le premier est tenu par le comité de Jumelage de St Martin d’Auxigny et a pour but d’informer les citoyens de la ville. Un article intitulé « La Chine à la foire de Bourges » daté du 17 juin 2008 fait une rapide description du mausolée de Qin et ajoute des photos des soldats vus à la Foire.

Le second est Sport.Santé.com, un site dédié au sport qui regroupe des passionnés. L’un des administrateur, Véronique, consacre une partie du site aux « Sorties Culturelles », catégorie réservée aux manifestations et autre nouveautés de la ville de Bourges. L’article « La Chine de Xi’an à la foire de Bourges » est daté du 6 juin 2008 et tout comme dans le blog de Saint Martin d’Auxigny, on retrouve une description assez détaillée des quatre fosses du mausolée ainsi que des photographies du même type, mais avec une atmosphère beaucoup moins solennelle. Un mauvais point pour la configuration du site qui est inesthétique à cause des autres sites hébergés.

Nous déplorons la mauvaise qualité des photographies, car même en consultant les images de ces deux sites amateurs, l’internaute à bien du mal à se faire une idée de la scénographie de l’exposition. Ce qui semble en revanche certain, c’est que les soldats et les chevaux étaient présent en grand nombre pour le plaisir des petits et des grands Berruyers .


Les soldats voyagent aux États-Unis

« L’escorte du premier Empereur Chinois »

L’article publié deux jours après l’ouverture de l’exposition « L’escorte du premier Empereur Chinois » au National Geographic Museum de Washington sur le site China.org est décevant au vu du peu d’information donné par le site.

C’est d’une manière très peu poétique que le sujet est abordé. Seules les informations basiques sont données. On sait que l’exposition eut lieu au National Geographic Museum de Washington à partir du 17 novembre 2009 et qu’il y a une centaine d’objets anciens et 15 statues de guerriers et de chevaux en terre cuite. C’est la première fois qu’une exposition de la sorte est réalisée dans la région.

De plus, l’article ne recouvrant que la moitié de la page du site, on comprend mal pourquoi il est publié sur quatre pages. Encore plus étrange, il n’y a rien sur les 3 volets suivants, qu’une photographie avec quelques mots pour légende.


Ceci n’est pas un article, mais juste un tout petit billet. Rien n’est fait pour donner envie à l’internaute de s’y rendre. Il n’y eu aucune recherche historique sur le musée ni aucun parallèle avec une autre exposition.

Sur Youtube, la bande annonce faite par le musée dure 4’11. Elle est publiée en décembre 2008 par ce dernier.

Ces bandes annonces sont toujours faites pour appâter à coup de trésors, de grandes découvertes et bien sûr de mystères ! Cette manière de traiter l’archéologie est plutôt répandue aux États-Unis. C’est dommage, car le sujet attire déjà le spectateur sans avoir besoin d’effets grandiloquent qui font passer les faits scientifiques au second plan.

Voici un autre article sur les soldats en terre cuite sur le même site mais cette fois-ci exposés au Houston Museum of natural science et non à « Huston » comme il est écrit à plusieurs reprises sur le site.

« L’escorte du premier empereur chinois » est en fait une exposition itinérante.
L’article publié le 19 octobre, soit un jour après la clôture de l’exposition est très court, à peine quelques lignes. Il fait un bref bilan dans lequel nous apprenons que pendant 4 mois, 200 000 visiteurs se sont pressés au musée.

People Daily est souvent utilisé comme source par d’autres sites que nous avons référencé comme China.org ou Xinhuanet. Il traite de toute l’actualité du monde chinois bien mieux traités que nos deux articles précédents.

Nous vous proposons en complément de lire celui sur le site même du musée.
Il n’est certes pas bien long, mais a l’intérêt de montrer la volonté des organisateurs à rendre cette découverte extraordinaire. Effet tape à l’œil garanti.

Pour finir nous vous proposons de vivre cette exposition grâce aux galeries d’« Imelda » et de « Mockbird » hébergé sur Flickr, un site d’hébergement et de partage de photographies.
L’autorisation exceptionnelle délivrée par le musée pour prendre ces clichés de très bonne qualité nous permet d’approcher l’atmosphère recherchée par les scénographes, toujours feutrée, cherchant à faire écho au tombeau.
Merci donc à « Imelda » et à « Mockbird » pour ce petit tour.

Vous ne manquerez pas de voir un tableau des plus remarquables, nous en parlons d’ailleurs dans l’article « L’œuvre de l’Empereur inspire les artistes du XXème siècle ».

Pour aller encore plus loin, « naturalscience1 » publie le 14 avril 2009 une vidéo dans laquelle le directeur du HMNS en personne, monsieur Dirk Van Tuerenhout, nous conte la fabuleuse histoire de cette découverte en seulement 3 minutes. Finalement c’est plus le mausolée en Chine qui est montré que l’exposition du HMNS.

« Warriors, Tombs, and Temples: China’s Enduring Legacy »

Trois ans plus tard, le musée remit ça. La passion du public pour cette découverte est incroyable ! L’exposition fit fureur en amenant plus d’un million de visiteurs en 2009.

Le Musée Bowers à Santa Ana en Californie et le Musée des sciences naturelles de Houston rassemblent une nouvelle armée et plus de 200 artefacts pour une exposition autour des vestiges récemment découverts.
L’exposition est aussi itinérante et après avoir quitté le Musée Boers c’est le HMNS qui l’accueille dès le 30 mars.
L’exposition donne à voir bien plus que les guerriers de Qin. Nous vous conseillons cet article, vous y découvriez tout ce que vous propose l’exposition : dragons d’or, reliquaire en os, soldats de Han qui supplanta la dynastie Qin. C’est toujours le site du musée qui vous décrit cette nouvelle exposition phénoménale a en croire les organisateurs.

Si vous vous rendez aux États-Unis et que vous faite escale à Houston au Texas, rendez-vous au HMNS pour voir « Warriors, Tombs, and Temples: China’s Enduring Legacy ».

Attention, l’exposition se termine le 03 septembre de cette année.


L’Empereur Qin et le Huitième Royaume

« Depuis le grand cataclysme, les Arkadiens vivaient blottis au centre de la Terre. Ils avaient tout oublié de leur passé ; ainsi l’avaient voulu leurs ancêtres. Jusqu’au jour où leur soleil, le Shagma, tomba malade… »

Cela vous dit quelque chose, non ? Mais si … un petit effort … Concentrez-vous …

« Alors les enfants d’Arkadia osèrent entrer dans le musée interdit. Ils y retrouvèrent quelques traces du passé, mais aucun plan du Shagma. Alors les enfants créèrent, puis envoyèrent vers la surface de la Terre leur messagère, Arkana. »

(© Hervé Lesage de La Haye)

Eh oui c’est en 1985 sur l’une des trois chaines hertziennes que le dessin animé  les Mondes Engloutis était diffusé pour la première fois.
C’était la vieille époque où France 2 s’appelait Antenne 2 et où la télévision ne se regardait qu’en analogique (mais en couleur tout de même).

Cette image est tiré du site "le Grenier de la télé, blog crée en 2006 par dGé et consacré à l'histoire des programmes de télévision en France, mais aussi à l'histoire de la presse Disney en France, de Vaillant et de Pif Gadget depuis 1920 jusqu'au année 90.

Les petits adoraient et les parents étaient enchantés de pouvoir laisser leurs enfants devant le téléviseur.
C’est l’émission Récré A2 qui diffusa les 52 épisodes de 30 minutes chacun.

Crée par Nina Wolmark, qui réussit à mêler science-fiction, fantastique et histoire dans une grande aventure, où Arkana, Spartacus, Rob et Rebecca, nos quatre sympathiques héros, voyagent entre différents univers et strates pour regagner la cité d’Arkadia afin de soigner le mystérieux soleil Shagma.
C’est d’ailleurs Vladimir Cosma qui composa la surprenante musique du dessin animé.

Les Milles et une Heures d’Arkadia, site entièrement dédié à ce dessin animé, a été créé par Hervé Lesage de La Haye en 2002.

« Une dizaine de scénaristes ont collaboré à cette œuvre, dont plusieurs grands noms de la science-fiction française, Christian Grenier, Joëlle Wintrebert et Michel Jeury ».

(Hervé Lesage de La Haye)

Vous pourrez y découvrir tout les résumés des épisodes ainsi qu’une brève histoire des premières diffusions des programmes jeunesses et de leur dessins animés comme « Bibifoc », « Cobra » et même « Les maîtres de l’univers » !

Image du générique des Mondes engloutis hébergé sur le site de Les Milles et une Heure d'Arcadia crée en 2002 par Hervé Lesage de La Haye

Lors de leurs aventures, nos héros rencontrent Galilée, Einstein, mais aussi Diogène, Villon, Cyrano de Bergerac, Lewis Carroll nous dit Hervé Lesage de La Haye.

Bien d’autres servent la trame de l’histoire pour faire évoluer les personnages. Pas étonnant que l’on compte parmi eux notre Empereur Qin Shi Huang, qui ne déroge pas à sa réputation de super conquérant !
Déjà grand maitre des 7 Royaumes, il veut à tout prix s’emparer du 8ème qui, vous l’avez surement deviné (ou vous vous en êtes souvenu), n’est autre que la cité d’Arkadia !

Ha, sacré empereur Qin !  Avec sa gigantesque armée de soldats en terre cuite, il possède en secret le plan du Shagma (le soleil des Arkadiens ! Il faut suivre un peu !).

Laissez-vous retomber en enfance chers trentenaires, ou bien découvrez tranquillement cet épisode pour les autres.
Sur Youtube, Taffykids vous propose de voir ou revoir l’épisode 15 mis en ligne le 6 septembre 2010.

Amusez-vous bien !